Mars bleu : sensibilisation au cancer colorectal

Répondez au questionnaire ci-dessous pour tester vos connaissances sur le cancer colorectal.

Explications et réponses :

1)  La bonne réponse est 44 872 nouveaux cas estimés en 2017 (24 035 hommes et 20 837 femmes)
Ce cancer constitue la deuxième cause de décès par cancer en France. Il représente près de 12 % de l’ensemble des décès par cancer, en particulier chez les 65 ans et plus. Toutefois, la mortalité diminue régulièrement depuis 1980.

L’accès au dépistage du cancer colorectal et la résection des lésions précancéreuses explique en partie cette baisse.

2) Faux

Contrairement aux idées reçues, le cancer colorectal ne concerne pas uniquement les hommes. Le cancer colorectal touche 4 hommes sur 100 et 3 femmes sur 100, le plus souvent après 50 ans.

3) La bonne réponse est Faux

En fonction de son âge et de son histoire personnelle et familiale, chaque personne a des risques différents de développer un cancer colorectal. Comme chaque situation est unique, c’est à votre médecin traitant de déterminer les modalités de dépistage ou de suivi les mieux adaptées à votre cas. Il peut ainsi vous proposer le test de dépistage ou s’il l’estime nécessaire, vous adresser à d’autres professionnels de santé, en particulier au gastro-entérologue ou au spécialiste en oncogénétique.

4) Vrai

Entre 50 et 75 ans, vous êtes invité par courrier, tous les deux ans, à consulter votre médecin traitant pour qu’il vous remette un kit de dépistage. Vous pouvez aussi l’obtenir sans attendre votre lettre d’invitation, à l’occasion d’une consultation.

NB : le kit de dépistage n’est remis par le médecin qu’à ses patients n’ayant pas de facteur de risque .Le dépistage organisé du cancer colorectal consiste en la réalisation d’un test immunologique rapide et indolore, à faire chez soi.
En cas de résultat négatif, il faudra refaire ce test tous les 2 ans.

5) Faux

Un résultat positif ne signifie pas que vous avez un cancer mais que du sang a été détecté dans vos selles. Pour en identifier l’origine, votre médecin vous adressera à un gastroentérologue afin qu’il réalise une coloscopie.
Effectué sous anesthésie, cet examen permet de déceler la présence éventuelle de polypes et de les retirer avant qu’ils ne se transforment en cancer. Si un polype a déjà évolué en cancer, plus on le détecte tôt, plus les chances de guérison sont importantes.

Un résultat négatif signifie qu’aucun saignement pouvant témoigner de la présence d’un cancer ou de lésions précancéreuses n’a été détecté au moment du test.
N’oubliez pas de refaire le test tous les 2 ans et de consulter votre médecin en cas de douleur ou de saignement dans l’intervalle.

6) 100%

Le test et son interprétation sont pris en charge à 100 % par l’assurance maladie, sans avance de frais de votre part.
La consultation chez le médecin traitant est quant à elle remboursée à 70 % par l’assurance maladie, sur la base du tarif conventionné de 25 euros.
Le reste à votre charge est remboursé par votre complémentaire de santé (assurance, mutuelle) si vous en avez une.

 En bref :

Vous connaissez les informations sur le dépistage du cancer colorectal.

Ce qu’il faut retenir :
– Le cancer colorectal touche aussi bien les hommes que les femmes.
– C’est votre médecin traitant qui vous remet le kit de dépistage.
– Le test est à refaire tous les 2 ans.
– Il est pris en charge à 100% par l’assurance maladie.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×