Inauguration du groupe scolaire Eugène Varlin

Inauguration du groupe scolaire Eugène Varlin

Vendredi 28 septembre 2018

Discours de Michel Fourcade

Maire de Pierrefitte

Vice-président de Plaine Commune

Conseiller départemental de la Seine-Saint-Denis

Madame la Sous-Préfète,

Monsieur l’inspecteur d’académie,

Monsieur le Président du Conseil départemental,

Monsieur le Président de la Caisse d’Allocations familiales de la Seine-Saint-Denis

Monsieur le directeur Régional de GTM,

Mesdames les directrices des écoles maternelles et élémentaires Varlin,

Mesdames et messieurs les professeurs des écoles,

Mes chers collègues élus,

Chères Pierrefittoises, Chers Pierrefittois,

Je vous remercie toutes et tous d’avoir répondu à mon invitation, à celle de la municipalité et de nos partenaires pour l’inauguration du tout nouveau groupe scolaire Eugène Varlin.

Avec ses 23 classes de maternelle et d’élémentaire et ses 3200 m² de superficie, le nouveau groupe scolaire Eugène Varlin est vraiment une très belle réalisation !

Chantier imposant rendu possible grâce au programme national de rénovation urbaine et aux nombreux partenariats qu’elle induit, il aura coûté 10 millions d’euros – auquel s’ajoutent un peu plus de 5 millions pour le centre social et culturel qui jouxte l’école et qui va, lui aussi prochainement ouvrir ses portes.

De tout cela, nous pouvons tous être, collectivement fiers, tant pour ce qui est du financement que de la philosophie du projet ou de sa réalisation.

Nous connaissons tous l’investissement de la communauté éducative pour que petit Pierrefittois devienne grand. C’est vrai dans toutes les écoles et toutes les classes de la ville, quelle que soit la section considérée.

C’est encore plus vrai ici, pour ce qui est du groupe scolaire Eugène Varlin. Pendant deux ans, cela n’a vraiment pas été facile de concilier la vie d’une école, les plages d’enseignement, mais aussi les activités en extérieur et les récréations avec la proximité immédiate d’un immense chantier.

Désormais, le groupe scolaire est opérationnel, comme chacun a pu le constater depuis le début du mois.

Dans le livre de notre mémoire collective, ce chapitre prendra la suite de celles qui se sont d’abord écrites voici 85 ans, quand, pour la première fois le 1er octobre 1933, de petits pierrefittois, franchissaient les portes de la toute neuve école Varlin – qui n’était alors que la 3ème et dernière école de la ville. Des écoles, aujourd’hui, il y en a 18. On voit bien le chemin parcouru !

J’ai aussi une pensée pour François Pupponi, le député de la ville voisine de Sarcelles, ancien Président de l’ANRU, avec qui j’ai eu l’occasion de longuement travailler sur la jonction des espaces publics entre nos deux villes. Mais sa connaissance du quartier est bien antérieure à cette période, puisque son père fut directeur de l’école Eugène Varlin, et qu’il y fut lui-même élève.

Oui, le chemin parcouru, on le mesure d’autant mieux ici, dans le quartier des Poètes, qu’il y a 10 ans tout juste, à la même période, s’installaient les modulaires provisoires du centre social MCP, sur un terrain mis à disposition par OSICA. Une décennie plus tard, seront sortis de terre de nombreux programmes de logements de belle facture et qu’auront été rénovés tous les autres immeubles. Un autre magnifique groupe scolaire, Danielle Mitterrand, a vu le jour voici 3 ans, peu après l’inauguration du Palais des sports Pierre Machon.

Tout cela change un quartier, tout cela change une ville. Je tiens à remercier, en conclusion, tous les partenaires qui, sous la bannière de l’ANRU, ont cheminé aux côtés de la municipalité pour parvenir à porter autant de réalisations dans un laps de temps finalement très court – mais si ça parait toujours trop long quand on voit au quotidien les chantiers, je le sais !

A ce stade de mon propos, et au vu de toutes les transformations réalisées ici, je formule le souhait que, parmi tous les petits pierrefittois qui, le 3 septembre, ont, pour la première fois de leur vie, franchi les portes de l’une de ces salles de classe, se trouvent les ingénieurs, les bâtisseurs, les architectes, les élus de demain, qui, à leur tour auront la volonté, le courage et le pouvoir de défendre, dans 20 ou 30 ans, ici comme ailleurs, l’idée qu’il faut toujours avoir l’envie de changer la ville pour rendre la vie meilleure.

Je vous remercie de votre attention.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×